ralentir


ralentir

ralentir [ ralɑ̃tir ] v. <conjug. : 2>
• v. 1550; de re- et alentir
I V. tr.
1Rendre plus lent (un mouvement, une progression dans l'espace). Ralentir le pas, sa marche. « Il essaya de ralentir son train et de marcher » (Green). Ralentir l'allure. modérer, réduire. Ralentir la progression de l'ennemi. retarder.
2Rendre plus lent (le déroulement d'un processus), diminuer (l'intensité d'un phénomène). Ralentir l'expansion économique. Médicament qui ralentit les sécrétions de l'estomac. Une difficulté qui ralentit la production. freiner. « son existence ralentie » (Alain). Phys. Ralentir une réaction en chaîne. Mus. Ralentir le mouvement.
3 ♦ SE RALENTIR v. pron. La production s'est ralentie (cf. Marquer le pas).
II V. intr. (1774) Aller moins vite, réduire sa vitesse. Spécialt Réduire la vitesse du véhicule, de l'automobile que l'on conduit. décélérer, freiner. Il ralentissait à chaque croisement. Ralentir, travaux. ⊗ CONTR. Accélérer, activer. Hâter.

ralentir verbe transitif (ancien français alentir, de lent) Diminuer la vitesse d'un corps en mouvement, rendre plus lent un mouvement, le rythme d'un mécanisme : Ralentir la vitesse de sa voiture. Rendre une action, un processus, un événement moins rapides : Ralentir la cadence d'un travail. Diminuer la force, l'intensité de quelque chose : Ralentir son ardeur.ralentir (synonymes) verbe transitif (ancien français alentir, de lent) Diminuer la vitesse d'un corps en mouvement, rendre plus lent...
Contraires :
- accélérer
- hâter
- précipiter
Rendre une action, un processus, un événement moins rapides
Synonymes :
- gêner
- modérer
Contraires :
Diminuer la force, l'intensité de quelque chose
Synonymes :
- atténuer
- éteindre
Contraires :
- éperonner
ralentir verbe intransitif Réduire son allure, sa vitesse : Automobile qui ralentit dans un virage.ralentir verbe intransitif se ralentir verbe pronominal être ralenti verbe passif Se produire, se manifester sur un rythme plus lent, d'une façon moins soutenue : L'activité économique se ralentit.ralentir (synonymes) verbe intransitif Réduire son allure, sa vitesse
Contraires :
- accélérer
ralentir (synonymes) verbe intransitif se ralentir verbe pronominal être ralenti verbe passif Se produire, se manifester sur un rythme plus lent, d'une...
Synonymes :
- fléchir
- s'atténuer

ralentir
v.
d1./d v. tr. Rendre plus lent. Ralentir sa course.
|| Modérer, diminuer. Ralentir son ardeur.
d2./d v. intr. Réduire sa vitesse. Le train ralentit avant d'entrer en gare.
|| (Personnes) Ralentir la vitesse de son véhicule. Chauffeur, ralentissez!
d3./d v. Pron. Devenir plus lent. Mouvement qui se ralentit.

⇒RALENTIR, verbe
I. — [La modification dénotée par ralentir concerne la vitesse d'un déplacement (infra A) ou le déroulement temporel d'un processus, d'une activité (infra B et C)] Anton. accélérer.
A. — 1. Empl. trans.
a) Qqn, qqc.1 ralentit qqc.2 (de qqc.3, qqn). Rendre plus lent. Ralentir le mouvement, la vitesse de qqc.; ralentir la course, le pas de qqn. Les fossés, les souches d'arbres, l'épaisseur des taillis, rien ne pouvoit ralentir sa marche impétueuse (GENLIS, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 34). Les chevaux allaient tout seuls, la tête basse, de leur allure continue et paresseuse, que la montée ralentissait encore (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 603).
b) Qqn, qqc.1 ralentit qqc.3. Faire se déplacer plus lentement. Le postillon ralentit ses chevaux, se retourna et cria au jockey:Dites à ces dames de ne pas avoir peur (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 186). Très maniables grâce à un dispositif qui permet de faire varier la vitesse relative des chenilles (en ralentissant une chenille ou l'autre on obtient la direction), ces engins (...) s'illustrèrent sur les champs de bataille (TINARD, Automob., 1951, p. 358).
2. Empl. pronom.
a) Qqc.2 (de qqc.3, qqn) se ralentit (par qqc.1). Être, progressivement, plus lent. La vitesse de qqc., l'allure, le pas de qqn se ralentit. Sa marche, loin de se ralentir par le chant, s'en accélérait (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 398). Le mouvement de la roue se ralentit, mais celle-ci continue à tourner sans glisser sur le rail (BAILLEUL, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 171).
b) Qqc.3, qqn se ralentit (par qqc.1). Se déplacer plus lentement. Son cheval ne s'était pas ralenti une minute et donnait tête baissée dans tous ces fantômes (HUGO, Rhin, 1842, p. 210). Emma l'aperçut dans la prairie, qui marchait sous les peupliers, se ralentissant de temps à autre, comme quelqu'un qui réfléchit (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 149):
1. Une trace allait s'épaississant et zigzaguant dans l'émulsion, caractéristique d'une particule qui se ralentissait par ionisation des atomes du milieu traversé.
Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 377.
3. Empl. intrans.
a) Qqc., qqn1, 3 ralentit. Se déplacer plus lentement. Le cheval ralentit de nouveau après quelques foulées plus vives (HÉMON, M. Chapdelaine, 1916, p. 23). Les passants ralentissaient pour écouter la radio dont la voix éclatait dans la rue (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 348).
b) Dans le domaine de la conduite automob. Qqn1 ralentit. Diminuer la vitesse d'un véhicule, d'un moteur. « Halte-là! », hurla un milicien. Le chauffeur ne ralentit pas. Le milicien mit la voiture en joue (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 799). Si l'on ralentit ou accélère, le moteur tousse, crache et n'a plus son rendement optimum (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p. 101).
[Sur un panneau de signalisation routière ou de chantier] Ralentir. Travaux.
Rem. Les constr. 1 a et 2 a supra sont plus fréq. que les constr. 1 b et 2 b; lorsque le suj. désigne une pers. ou un animal, la constr. 2 b apparaît comme vieillie, 3 a lui est préférée en fr. contemporain.
B. — LITT., MUS., THÉÂTRE
1. Empl. trans.
a) Qqn1 ralentit qqc.2 (de qqc3). Exécuter plus lentement. Ralentir la cadence, le tempo (d'un morceau de musique). Il vous prend je ne sais quelle impatience semblable à celle qu'on éprouve quand un musicien ralentit trop la mesure d'un air (STAËL, Allemagne, t. 1, 1810, p. 174).
b) Qqc.1 ralentit qqc.2 (de qqc.3). Rendre plus lent. Ralentir l'action. Ce paragraphe intermédiaire ralentit le mouvement et ôte du lyrisme à ce qui suit (FLAUB., Corresp., 1853, p. 120).
2. Empl. pronom. Qqc.2 (de qqc.3) se ralentit. Être, progressivement, plus lent. Peu à peu le roulement se ralentit et prit un rythme inégal, étrange (SCHAEFFNER, Orig. instrum. mus., 1936, p. 10). Travaillé à ma pièce. Quand j'écris vite, cela va à peu près, et je crois que le dialogue est assez vivant. Si je pèse trop mes mots, il devient lourd et se ralentit (GREEN, Journal, 1951, p. 93).
3. Empl. intrans.
a) Qqc.2 (de qqc.3) ralentit. Être, progressivement, plus lent. En passant le disque un peu plus de deux fois moins vite, on descend le tout d'un peu plus d'une octave et le tempo ralentit d'autant (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 23).
b) Qqn1 ralentit sur qqc.2, 3 Exécuter, prononcer plus lentement ou en ménageant un temps de retard. On ralentit habituellement sur les cadences qui possèdent une véritable importance architecturale, et l'on fait très légèrement attendre les notes ou les accords qui constituent les sommets dynamiques des phrases (DUPRÉ, Improvis. orgue, 1925, p. 10). Toute cette phrase doit être dite d'un seul trait descendendo (...) — ralentir sur les dernières syllabes (CLAUDEL, Échange, 1954, I, p. 733).
C. — 1. Empl. trans. Qqn, qqc.1 ralentit qqc.2 Rendre plus lent le rythme de (quelque chose), diminuer l'activité de (quelque chose). Synon. freiner, réduire; anton. accélérer, activer, augmenter.
a) [Qqc.2 désigne un processus, une activité socio-écon.] Ralentir la croissance. La fabrication fut ralentie par l'impossibilité dans laquelle se trouva le service des poudres d'accroître sa production (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 77). Les bouleversements politiques récents n'ont (...) pas ralenti les travaux des mathématiciens (Gds cour. pensée math., 1948, p. 321):
2. Les économistes démontrent (...) que cette harmonie [des fonctions] se rétablit d'elle-même, quand il le faut, grâce à l'élévation ou à l'avilissement des prix, qui, suivant les besoins, stimule ou ralentit la production.
DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. 358.
b) [Qqc.2 désigne une fonction intellectuelle, physiol.] Le sommeil, en ralentissant le jeu des fonctions organiques, modifie surtout la surface de communication entre le moi et les choses extérieures (BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p. 102). L'alcool, pris après les repas, ralentit la digestion (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p. 268).
c) [Qqc.2 désigne un comportement] Elle avait ralenti la voix, elle semblait attendre sur le visage d'Hélène l'effet de ses paroles (ZOLA, Page amour, 1878, p. 827). Il pèse le pour et le contre avant d'agir, ce qui ralentit ses actes (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 331).
2. Empl. pronom. ou intrans. Qqc.2 (se) ralentit. Être, progressivement, plus lent, moins actif. Elle serait contente de se retrouver (...) au Quinze-Cents, où (...) l'agitation, le bruit, jamais ne ralentissaient (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 312). La production de Jonas (...) ralentissait dans la mesure où ses amis devenaient plus intéressants (CAMUS, Exil et Roy., 1957, p. 1638). Dès que la demande d'automobiles se ralentit une récession se manifeste (Univ. écon. et soc., 1960, p. 46-4).
II. — [La modification dénotée par ralentir concerne la fréq. d'un phénomène (infra A) ou d'une activité périodique (infra B)] Synon. de espacer.
A. — 1. Empl. trans.
a) Qqn, qqc.1 ralentit qqc.2 (de qqc.3). Rendre moins fréquent, plus espacé. Ralentir le pouls. Le fonctionnement technique des bureaux de tour s'est heurté (...) au désir des patrons de choisir leurs voyages et les marchandises à transporter, ce qui ralentit les vitesses de rotation des bateaux (Nav. intér. Fr., 1952, p. 16).
b) Qqn, qqc.1 ralentit qqc.3. Par excitation du parasympathique, on ralentit le cœur, on dilate les vaisseaux (QUILLET Méd. 1965, p. 326).
2. Empl. pronom. ou intrans.
a) Qqc.2 (de qqc.3) (se) ralentit. Être progressivement moins fréquent, plus espacé. La cadence de leurs coups de hache ne se ralentit point (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 10).
b) Qqc.3 (se) ralentit. Que faut-il faire lorsque les douleurs se ralentissent et s'affoiblissent dans le cours du travail (BAUDELOCQUE, Art accouch., 1812, p. 207). Son cœur s'était ralenti; il désira mourir (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 220). Le cœur ralentit ou s'arrête, ce qui entraîne comme conséquence une chute importante de la pression artérielle (CAMEFORT, GAMA, Sc. nat., 1960, p. 282).
B. — Vieilli
1. Empl. trans.
a) Qqn, qqc.1 ralentit qqc.2 de qqc.3 Rendre moins fréquent, plus espacé. M. de Viviane (...) s'excusa d'avoir ralenti le cours de ses visites, en alléguant (...) qu'il avait senti qu'elles ne m'étaient pas agréables (FEUILLET, Journal femme, 1878, p. 227).
b) Qqn, qqc.1 ralentit qqc.3 Ralentir ses visites. Les occupations qui s'ensuivent, ont ralenti ma correspondance avec vous, avec vous que j'aime tant (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1839, p. 285). Le zèle indiscret de ceux qui fournissaient des armes aux volontaires nationaux ralentissait seul les livraisons régulières (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 3).
2. Empl. pronom.
a) Qqc.3 se ralentit. Être progressivement moins fréquent, plus espacé. Mes courses à la Gastine s'étaient ralenties, bien que sans interruption et avec tous les dehors de la bienséance (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 54).
b) Qqn1 se ralentit de + inf. (désignant une activité périodique). Faire moins fréquemment. Quant au National, seul autre journal où je travaille, je me suis très ralenti d'y écrire et d'y aller même (SAINTE-BEUVE, Corresp., t. 1, 1833, p. 406). Si elle n'avait pas été si maltraitée, je me serais ralenti de la fréquenter, tant ces doutes m'avaient ôté de mon assurance avec elle (SAND, Maîtres sonneurs, 1853, p. 240).
III. — [La modification dénotée par ralentir concerne l'intensité d'un sentiment, d'une énergie] Synon. modérer.
A. — Empl. trans.
1. Qqn, qqc.1 ralentit qqc.2 (de qqn3). Rendre moins intense. Ralentir l'élan, l'empressement, la fureur, le zèle de qqn. Chaque lambeau du corps sous sa mâchoire fume. Sans ralentir sa rage il les secoue au vent (LAMART., Chute, 1838, p. 1060). La découverte de l'imprimerie ne ralentit pas l'ardeur de cette race de grands amateurs qui faisaient imprimer à leur usage des exemplaires spéciaux sur parchemin (Civilis. écr., 1939, p. 14-6).
2. Qqn, qqc.1 ralentit qqn3. Rendre moins ardent, moins actif. On agissait également auprès du maréchal de Richelieu (...) et, sans rien obtenir quant à l'ensemble des affaires, on parvenait personnellement, par des moyens indirects, à le ralentir (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 12, 1856, p. 421). Cette fièvre put grandir en elle avec plus de violence que chez personne, car elle était (...) nullement embarrassée de ces grossiers instincts qui ralentissent la plupart des hommes à son contact (BARRÈS, Homme libre, 1889, p. 152).
B. — Empl. pronom.
1. Qqc.2 (de qqn3) se ralentit. Être, progressivement, moins intense. Synon. faiblir. La dévotion, l'effort, la ferveur, le zèle de qqn se ralentit. L'ardeur de Mme de Staël ne s'était pas ralentie pour n'avoir pas été partagée. Opiniâtre à ne pas se décourager, elle était parvenue plus tard à lier connaissance, même à se faire admettre (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 312). Jusqu'au dernier moment, l'ingéniosité et la vigueur des défenseurs ne se ralentissent pas (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p. 287).
2. Qqn3 se ralentit. Montrer moins d'ardeur, d'activité. Elle [l'âme ignorante] se ralentit dans la recherche du bien véritable, ou, plus malheureuse encore, elle se détourne vers le mal (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 142). Le merveilleux et rajeuni capitaine de 1814, que son retour foudroyant de l'île d'Elbe avait montré plus présent de génie et de hardiesse que jamais, a-t-il failli et s'est-il ralenti en juin 1815? (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 3, 1862, p. 128).
REM. Rallentando, adv., mus. En ralentissant progressivement le mouvement. Empl. subst. Le rallentando (...) consiste à ralentir la mesure dans toutes les parties à la fois (GARCIA, Art chant, 1840, p. 61).
Prononc. et Orth.:[], (il) ralentit [-ti]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1588 trans. « rendre plus lent le déroulement de quelque chose, en diminuer l'intensité » (MONTAIGNE, Essais, III, 13, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, p. 1074: il ralantiroit [...] leur impetuosité [des passions] et leur course); 1653 réfl. (VAUGELAS, Quinte Curce, IV, Paris, A. Courbé, p. 364: Le combat s'estoit rallenty tout à coup); 1663 part. passé adj. (CORNEILLE, Sophonisbe, I, 1); 1774, 23 sept. intrans. (VOLTAIRE, À D'Argental ds Corresp., éd. Th. Besterman, t. 41, 1975, p. 139); 2. 1606 trans. « rendre plus lent un mouvement, une progression dans l'espace » ralentir ses pas (NICOT); 1677 réfl. en parlant de chevaux emballés (RACINE, Phèdre, V, 6); 1875 intrans. (Lar. 19e, qui qualifie cet empl. de ,,peu usité``); 1907 subst. au relenti en parlant d'un moteur automob. (La locomotion automob., p. 374 d'apr. R. V. BALL ds Fr. mod. t. 43, p. 54). Dér. de alentir; préf. re-; cf. le dér. de la 1re conjug. ralenter (1552 rallenter ses paz, RONSARD, Amours, CXXIX, 9 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 126), de alenter (1180-90 soi alenter de « tarder à », ALEXANDRE DE PARIS, Alexandre, I, 3065 ds Elliott Monographs, XXXVII, p. 64). Fréq. abs. littér.:791. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 751, b) 1 174; XXe s.: a) 1 187, b) 1 377.

ralentir [ʀalɑ̃tiʀ] v.
ÉTYM. V. 1550; de re-, et -alentir.
———
I V. tr.
1 Rendre lent ou plus lent (un mouvement, une progression dans l'espace) Ralentissement, retardation. || Ralentir le pas (→ Distancer, cit. 1; égal, cit. 5), son allure (→ Pédaler, cit. 2), sa marche. || Mécanisme qui sert à ralentir l'allure d'un moteur, d'un véhicule. ( Frein, modérateur, ralentisseur).Ralentir la progression de l'ennemi. Entraver, gêner, retarder.Par métaphore. || Rien ne le ralentira dans la voie du succès. Arrêter.
1 (…) nous nous penchâmes sur nos avirons, et tantôt gravissant péniblement le flanc des lames montantes, tantôt en nous précipitant avec leur écume au fond des lames descendantes, nous cherchions à activer notre ascension ou à ralentir notre chute par la résistance de nos rames dans l'eau.
Lamartine, Graziella, Épisode, VII.
2 Il essaya de ralentir son train et de marcher, mais changer d'allure nécessitait un effort qu'il n'était plus en mesure de fournir. Un homme exténué ne s'arrête pas de courir pour aller au pas, il poursuit sa course jusqu'à ce qu'il s'abatte.
J. Green, Léviathan, I, XIII.
2 Rendre plus lent (le déroulement d'un processus), diminuer (l'intensité d'un phénomène). || Ralentir l'expansion économique. || Médicament qui ralentit les sécrétions de l'estomac (cit. 6). || Ralentir une émission de neutrons, une réaction en chaîne. Modérateur, ralentisseur; ralentissement (pouvoir de ralentissement).Rendre moins vif. || Ralentir la fougue de qqn. Alentir (vx), diminuer, freiner.Cette scène est inutile; elle ralentit (action dramatique). Embarrasser.Mus. || Ralentir le mouvement ( Rallentendo).
3 Cette idée ne s'offrait pas à lui directement, et ne l'empêchait pas de faire son devoir; mais elle agissait sourdement sans qu'il s'en aperçût lui-même, et ralentissait quelquefois son zèle qu'il eût poussé plus loin sans cela.
Rousseau, les Confessions, II.
4 Ah ! ne ralentis pas tes flammes;
Réchauffe mon cœur engourdi,
Volupté, torture des âmes !
Baudelaire, les Fleurs du mal, Poèmes apportés par l'édition de 1868, « La prière d'un païen ».
———
II V. intr. (1774, Voltaire). Aller moins vite, réduire sa vitesse (→ Concerter, cit. 4; pénétrer, cit. 4). Fam. || Ralentis un peu (→ Calmer le jeu).Spécialt. Réduire la vitesse du véhicule, de l'automobile que l'on conduit (→ Freiner, cit. 1). || Automobiliste qui ralentit avant d'aborder un croisement. || Ralentir, travaux; ralentir, danger. || Ralentir école, hôpital…
5 La voiture ralentit pour prendre un virage et franchir un passage à niveau.
Martin du Gard, les Thibault, t. VI, p. 15.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
se ralentir v. pron.
ÉTYM. (1653).
|| « Leur fougue impétueuse (cit. 1) enfin se ralentit » (Racine). || L'offensive ennemie commence à se ralentir (→ Marquer le pas).
——————
ralenti, ie p. p. adj.
|| Mouvement ralenti.
6 (…) il ne comprenait pas une autre table ni d'autres mets ni une autre dépense que celle qui convenait à son existence ralentie; il réglait l'idée sur le geste, comme tous; et son geste était prudent et conservateur (…)
Alain, Propos, 18 nov. 1922, Les âges et les passions.
N. f. (Emploi stylistique et personnel) :
7 Ralentie, on tâte le pouls des choses (…) on a tout le temps; tranquillement, toute la vie.
Henri Michaux, Plume, « La ralentie », p. 41.
N. m. || Ralenti. a (XXe; Larousse, 1932). Régime le plus bas d'un moteur. || Moteur qui tient bien le ralenti. || Gicleur de ralenti dans un carburateur. || Régler le ralenti d'un moteur d'automobile.
b (1935, in Académie). || Au ralenti. || Vivre, travailler au ralenti. || Une activité au ralenti.
8 Ils travaillaient sans vacances, sans loisirs, jusqu'à soixante ou soixante-cinq ans, puis un jour tombaient évanouis et se réveillaient bouche tordue, langue empâtée, un bras et une jambe immobilisés. Alors commençait une vie au ralenti.
A. Maurois, Mémoires, t. I, VI.
9 Si au moins je pouvais m'économiser, vivre tout doucement, au ralenti, je gagnerais peut-être quelques années.
Sartre, l'Âge de raison, p. 38.
c (1921). Techn. Procédé de tournage qui consiste à photographier les images à une cadence plus lente que la cadence ordinaire, ce qui a pour effet, au moment de la projection, de rendre sur l'écran les mouvements plus rapides qu'ils ne sont dans la réalité (effet d'accéléré). || Le ralenti (la prise de vues au ralenti) est utilisé, dans le cinéma scientifique ou éducatif, pour rendre sensibles les mouvements très lents (éclosion d'une fleur, croissance d'une plante, etc.).
10 Certains films documentaires (…) présentent le règne végétal par l'emploi du ralenti, lequel résulte de l'accélération de la vitesse des images.
Cocteau, Journal d'un inconnu, p. 80.
Cour. Effet qui fait apparaître sur l'écran les mouvements plus lents qu'ils ne sont dans la réalité, et qui provient d'un tournage accéléré. || Le ralenti permet l'analyse de mouvements très rapides (gestes d'un sportif en action, déplacement d'une balle de fusil, etc.).
Figuré :
11 (…) il allait être condamné à se mouvoir en force (d'où peut-être aussi pour lui cette impression de ralenti, comme dans les rêves, comme un scaphandrier ou un plongeur dont les mouvements sont freinés par la résistance de l'eau) […]
Claude Simon, le Palace, p. 79.
CONTR. Accélérer, activer. — Brusquer, hâter, précipiter. — Soutenir. — Courir, doubler (le pas).
DÉR. Ralentissement, 1. ralentisseur, 2. ralentisseur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ralentir — ses pas, id est, retarder, arrester. Ronsard …   Thresor de la langue françoyse

  • ralentir — Ralentir. v. a. Rendre plus lent. Il s y portoit avec grande ardeur, mais cet accident a ralenti son zele. le temps ralentira cette chaleur. Il est aussi n. p. & sign. Devenir plus lent. Ce mouvement s est ralenti. j ay peur que cette ferveur ne… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ralentir — (ra lan tir) v. a. 1°   Rendre plus lent. •   Un mouvement, quelque lent qu il soit, ne peut il pas être ralenti de moitié, en sorte qu il parcoure le même espace dans le double de temps ?, PASC. Pens. part. I, art. 11. •   La nuit a ralenti les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RALENTIR — v. tr. Rendre plus lent. Ralentir sa course, sa marche. Ce mouvement s’est ralenti. Il s’emploie aussi figurément. Cet accident ralentira son zèle. L’âge a ralenti son ardeur. J’ai peur que cette ardeur ne se ralentisse avec le temps. RALENTIR… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • RALENTIR — v. a. Rendre plus lent. Ralentir sa course, sa marche. Ralentir sa prononciation. Ralentir le mouvement d un ressort.   Il s emploie aussi figurément. Cet accident a ralenti son zèle. L âge ralentira cette vivacité, cette ardeur.   Il s emploie… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Ralentir — Accélération L accélération désigne couramment une augmentation de la vitesse; en physique, plus précisément en cinématique, l accélération est une grandeur vectorielle qui indique la modification affectant la vitesse d un mouvement en fonction… …   Wikipédia en Français

  • ralentir — ralenti ralentir ; diminuer. voir alentir, flacar, mermar …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • ralentir — ► transitivo Galicismo por hacer más lento [un movimiento] …   Enciclopedia Universal

  • ralentir — vi. /vt. ralanti gv.3 (Albanais.001c), ralêti (001b), ralinti (001a, Giettaz) ; alâ mwin vito <aller moins vite> (001), alâ plyan <aller doucement> (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • relentir — ralentir, relenti, ralenti ralentir ; devenir mou …   Diccionari Personau e Evolutiu


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.